Trigance

Register Login

Historique - Le Château

Le Château en ruine avant sa reconstruction

Le château

 

Solidement assis sur un rocher, il surplombe les maisons du village, tel un berger qui surveille ses moutons...
Sa date de construction soulève de nombreuses interrogations et aucun document ne nous autorise à l'avancer de façon sûre et définitive.
Pour certains, ce seraient les moines de l'abbaye Saint-Victor qui construisirent cette forteresse de méditation au IXème siècle. D'autres, en revanche, pensent que le château n'aurait été construit que plus tard, au XIème siècle.
Véritable témoin de l'histoire, le château a accueilli deux principales familles seigneuriales: les Demandolx (à qui le village doit ses armes) et les Valbelle qui se succédèrent entre le XVème et le XVIIIème siècle, à la tête du fief de Trigance.
Néanmoins, il sera inhabité à partir des années 1730-1740. En effet, les derniers seigneurs, occupant différentes fonctions politiques en Provence, délaissèrent peu à peu leur château montagnard (jusqu'à ce que la révolution française lui supprime sa légitimité et accentue sa dégradation).
Le château offre une enceinte flanquée à l'origine de quatre tours rondes, la quatrième ayant été complétement démolie. Bâties en pierre de taille, elles sont percées de meurtrières destinées à l'observation, voire au jet de projectile en cas de guerre.
L'une d'elles s'élevaient jusqu'à dix-huit mètres de hauteur dans le ciel, et le château comptait pas moins de quatre étages.
Innocupé depuis plus d'un demi siècle, quand souffla le vent de la révolution, en 1789, le château fut pillé, démeublé et en partie démoli. Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, une des tours du château fut détruite pour en employer les pierres à la construction d'un moulin, à Soleils (commune de Trigance).
Plus tard, l'édifice, livré à l'autorité anarchique de la végétation, a servi de carrière de pierres pour bâtir sinon les maisons du village, du moins les encadrements de portes et fenêtres. Malgré l'oeuvre du temps, et encore plus des hommes, le château devenu communal restera néanmoins imposant dans la mélancolie de ses ruines.... Jusqu'à ce qu'il soit réhabilité dans les années 1960.
En effet M. et Mme Hartman, un couple de commerçants, installés au Luc (Var) furent séduits, au hasard de leur promenade dans les Gorges du Verdon, par le village et le château.
C'est alors qu'ils conçurent un projet fou: entreprendre la rénovation de ce formidable amoncellement de pierres pour le transformer en hôtel-restaurant. Après avoir passé un bail emphytéotique (d'une durée de 99ans) avec la municipalité, ils procédèrent à de longs travaux, d'une ampleur colossale mais avec des moyens artisanaux. Quelques 900 tonnes de pierres seront ainsi remuées.

Le Château après sa reconstruction, années 1970A force de travail et de courage, après trois années d'acharnement, les pierres du château renaissent à la vie. Même si toutes les ruines ne sont pas relevées, l'hôtel ouvre ses portes en 1964. Le pari est gagné, un premier pas est franchi pour sauver le monument de l'abandon, de l'oubli.

La deuxième étape est assurée par un nouveau couple, M. et Mme Thomas, les propriétaires actuels qui président aux destinées du château depuis 1970. Les travaux se poursuivent. La tour sud-ouest, jusqu'alors ensevelie, est entièrement reconstruite, et reliée aux autres par un mur orné de créneaux. Ca et là, des restaurations, des améliorations, des constructions sont effectuées avec goût dans le respect de l'architecture d'antan. La demeure seigneuriale retrouve ainsi ses lettres de noblesse.
Redevenu fleuron du patrimoine Trigançois, et se posant désormais en agent économique porteur, le château, toutes proportions gardées, a contribué au renouveau de l'essor touristique du village dont il est une des vitrines et l'un des hauts lieux gastronomiques (le château étant rattaché à l'enseigne Relais-Châteaux).
Malheureusement pour certains d'entre vous qui souhaiteriez le voir de plus près, le château ne se visite pas.

Copyright Mairie de Trigance 2011.

Top Desktop version